Les massacres de septembre, partie deux

Durant les deux cents dernières années, la plupart des historiens ont accepté aveuglément la version officielle des massacres de septembre 1792.1 Les auteurs de ces crimes horribles ont affirmé à plusieurs reprises depuis le début que les massacres étaient le résultat d’un soulèvement populaire spontané suscité par l’invasion étrangère et la crainte d’un complot aristocratique de massacrer les femmes et les enfants des «patriotes» qui quittaient Paris pour la frontière.2

En effet, Frédéric Bluche affirme qu’un «brouillard épais» a englobé «l’historiographie révolutionnaire [des] massacres de septembre».3

Selon André Guès, ce «brouillard» était attribuable à la tyrannie des universitaires de la Sorbonne «qui font l’histoire de notre pays».4

En outre, Paul et Pierrette Girault de Coursac constatent que la volonté des historiens et des autres à croire la version traditionnelle des événements est due au fait que «c’est ce qu’ont affirmé les ‘Grands Ancêtres’».5

Et Bluche cite Les massacres de Septembre par Pierre Caron6 comme étant l’ouvrage définitif sur le sujet depuis 1935, affirmant que les historiens modernes ont été réticents à s’écarter ou à contester son argument en faveur de la crainte des critiques de Georges Lefebvre et d’autres qui ont essentiellement canonisé Caron et son travail.7

Notes:

1Paul Girault de Coursac et Pierrette Girault de Coursac, Septembre 1792: la mort organisée (Paris: F.-X. De Guibert, 1994), 7.

2André Guès, «L’orgine des massacres de Septembre», Ecrits Paris 366 (1977); 85, 86, 89. P.-A.-L. Maton de la Varenne, «‘Les crimes de Marat et des autres égorgeurs ou Ma Resurrection’ où l’on trouve non seulement la preuve que Marat et divers autres scélérats, membres des autorités publiques, ont provoqué tous les massacres des prisonniers, mais encore des matériaux pour l’histoire de la Révolution française», (Paris: 1795), dans Louis Léon Théodore Gosselin, ed., Les Massacres de Septembre, (Paris: Perrin, 1907), 159.

3Frédéric Bluche, Septembre 1792: logiques d’un massacre (Paris: R. Laffont, 1986), 252.

4Guès, «L’origine des massacres de Septembre», 85.

5Girault de Coursac et Girault de Coursac, Septembre 1792, 7.

6Bluche, Septembre 1792, 17.

7Ibid., 217.

Traduit de l’anglais par Cali St. Just

Version anglaise Copyright 1999 Armand St. Just

Version française Copyright 2014 Armand St. Just et Cali St. Just

Tous droits réservés

Publicités
Cet article, publié dans Armand Saint Just, France - Histoire, Les massacres de septembre, Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s