Les massacres de septembre, partie sept

Vers la fin du vingtième siècle, deux livres ont étés publiés sur les massacres de septembre. Dans le premier, Frédéric Bluche n’est pas d’accord avec la théorie de l’insurrection populaire, mais il ne va pas aussi loin que de dire que les massacres ont étés planifiés, organisés et réalisés par une personne en particulier. Cependant, il dit que des fonctionnaires de la ville de Paris, des journalistes, et des ministres du Conseil exécutif provisoire formé de l’Assemblée nationale (encore une fois, nous voyons Danton, Roland, Marat ) «ont préparé les esprits à l’accomplissement de l’acte»,1 et par leur inaction ont donné leur approbation.2 Il dit que: «Au sommet, il y a emploi stratégique et proprement politique de la violence comme ressource de pouvoir».3 C’est sur eux que Bluche met le blâme pour les massacres de septembre: «actifs ou passifs, les hommes en place en 1792 assument à jamais la responsabilité éminente des massacres de Septembre».4

Et, enfin, en 1994, Paul et Pierrette Girault de Coursac ont produit une œuvre qui a laissé peu de doute quant à l’origine des massacres de septembre. Les Girault de Coursac affirment que «rien ne ressemble moins à une véritable ‘émotion populaire’ que ces journées de septembre 1792. Tout se réunit pour montrer qu’il s’agit d’une entreprise longuement méditée, conduite avec une froide efficacité par le Conseil général [de la Commune de Paris], son Comité de Surveillance et les Comités de la section»5 avec le Conseil exécutif provisoire formé de l’Assemblée nationale et l’Assemblée elle-même.6 Les Girault de Coursac trouvent incrédule que l’on pourrait «continuer à incriminer une explosion spontanée du peuple de Paris … quand tous ces documents mettent en évidence le caractère organisé, prévu d’avance, administratif des massacres, où le personnel est recruté, [et] payé à un tarif déterminé».7 L’auteur de cette étude, faisant des recherches indépendantes, a abouti à plusieurs de ces mêmes conclusions.

Notes:

1Frédéric Bluche, Septembre 1792: logiques d’un massacre (Paris: R. Laffont, 1986), 227.

2Ibid., 242.

3Ibid., 227.

4Ibid., 238.

5Paul Girault de Coursac et Pierrette Girault de Coursac, Septembre 1792: la mort organisée (Paris: F.-X. De Guibert, 1994), 138.

6Ibid., 147, 149.

7Ibid., 8.

Traduit de l’anglais par Cali St. Just

Version anglaise Copyright 1999 Armand St. Just

Version française Copyright 2014 Armand St. Just et Cali St. Just

Tous droits réservés

Publicités
Cet article, publié dans Armand Saint Just, France - Histoire, Les massacres de septembre, Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s