Les massacres de septembre, partie seize

La Révolution française était ouvertement anti-chrétienne dans sa nature;1 il n’était donc pas surprenant que les ecclésiastiques aient figuré en bonne place dans les victimes des massacres de septembre. En effet, avec les aristocrates et les survivants du 10 août 1792, les ecclésiastiques étaient les cibles principales.2 Au début de 1790, l’Assemblée nationale, ignorant pratiquement «les insurrections [qui] se multipliaient dans l’intérieur du royaume», s’est concentrée sur la destruction des ordres monastiques et la vente des terres et autres biens et propriétés ecclésiastiques.3

En août 1792, l’effort pour débarrasser le pays du clergé et tous les signes du christianisme a sérieusement commencé. Le 12 août, la Commune de Paris a interdit le port des costumes ecclésiastiques.4 Le 17 août, la Commune a ordonné la confiscation des «crucifix, lutrins et tout ce qui est bronze pour faire des canons, et les grilles des églises pour faire des piques et des canons de fusils».5 Trois jours plus tard, le gouvernement de la ville de Paris a ordonné aux chefs de section de saisir dans toutes les églises tous les objets d’argent, d’enlever et de détruire les cloches sauf deux par paroisse.6 Tout ecclésiastique qui n’avait pas prêté le serment requis (qui exigeait de renier les principes de la foi chrétienne) était emprisonné.7 Pour accélérer le processus, l’Assemblée nationale a décrété que tous les prêtres réfractaires seraient déportés.8 Grâce à cette ruse, des centaines de prêtres allèrent volontairement vers leur propre prison, sous prétexte d’attendre leur bannissement.9

Notes:

1Frédéric Bluche, Septembre 1792: logiques d’un massacre (Paris: R. Laffont, 1986), 102.

2Roch Ambroise Cucurron Sicard, «Relation adressée par M. L’abbé Sicard, instituteur des sourds et muets, à un de ses amis sur les dangers qu’il a courus les 2 et 3 septembre 1792», M. F. Barrière, ed., Mémoires sur les journées de septembre 1792 (Paris: Firmin-Didot, 1881), 68; article daté Londres, le 8 septembre 1792, extrait d’une lettre de Paris, le 3 septembre 1792, Montreal Gazette, le 13 décembre 1792; article daté Philadelphia, le 30 octobre 1792, Maryland Gazette (Annapolis), le 8 novembre 1792; article daté Paris, le 3 septembre 1792, Times (Londres), le 8 septembre 1792; «Procès-verbaux», le 30 août 1792, Mémoires sur les journées, 180-181; «Procès-verbaux», le 31 août 1792, Mémoires sur les journées, 182; article daté Paris, le 25 août 1792, Times (Londres), le 29 août 1792; François Armand Frédéric de La Rochefoucauld, Souvenirs du 10 août et de l’armée de Bourbon (Paris: Calmann-Levy, 1929), 8, 30-31, 41; Louise Elisabeth Félicité de Tourzel, Mémoires de Madame la duchesse de Tourzel, 2 vols., (Paris: Plon, 1883), 1:332, 2:226-227; Joseph Thomas Anne d’Espinchal, Journal of the Comte d’Espinchal during the Emigration (London: Chapman and Hall, Ltd., 1912), 400; Marie Louise Victoire de La Rochejaquelein, Mémoires de madame la marquise de La Rochejaquelein (Paris: Baudouin frères, 1823), 18; Louis Marie Prudhomme, Histoire générale et impartiale des erreurs, des fautes et des crimes commis pendant la Révolution française, à dater du 24 août 1787 (Paris: Prudhomme, 1797), 109-110; Louis Léon Théodore Gosselin, Paris révolutionnaire (Paris: Firmin-Didot, 1895), 122, 124; Paysac de Fausse-Lendry, «Quelques-un des Fruits amers de la révolution et une faible partie des journées des 2 et 3 septembre 1792», M. F. Barrière, ed., Mémoires sur les journées de septembre 1792 (Paris: Firmin-Didot, 1881), 55; François Jourgniac de Saint-Méard, «Mon agonie de trente-huit heures», M. F. Barrière, ed., Mémoires sur les journées de septembre 1792 (Paris: Firmin-Didot, 1881), 21; cette liste n’est pas exhaustive.

3Tourzel, Mémoires, 1:62, 1:86-87.

4«Procès-verbaux», le 12 août 1792, Mémoires sur les journées, 135.

5«Procès-verbaux», le 17 août 1792, Mémoires sur les journées, 147.

6«Procès-verbaux», le 20 août 1792, Mémoires sur les journées, 157.

7Sicard, «Relation», Mémoires sure les journées, 68; article daté le 17 août 1792, Times (Londres), le 21 août 1792; «Procès-verbaux», le 29 août 1792, Mémoires sur les journées, 176; le vieil oncle bien-aimé de Madame Paysac Fausse-Lendry, l’abbé Chapt de Rasignac, était alité lorsqu’il a été arrêté par quatre cents hommes armés à onze heures du soir le 25 août: «Il fut conduit à la mairie, où tout le monde feignit de ne pas connaître les prétextes de cette arrestation, pour laquelle effectivement aucun ordre ne se trouva consigné sur les registres, pas même son nom. Pétion, alors maire, refusa de l’entendre, et sans autres formalités on le conduisit à la prison de l’Abbaye», Fausse-Lendry, «Fruits Amers», Mémoires sur les journées, 55; Gosselin, Paris révolutionnaire, 122; Jourgniac Saint-Méard, «Mon agonie», Mémoires sur les journées, 16; Berthelet de Bardot, «Relation», Louis Léon Théodore Gosselin, ed., Les Massacres de Septembre (Paris: Perrin, 1907), 250-251; Gosselin, Les Massacres de Septembre, 248.

8«Suite de la séance permanente de l’Assemblée nationale du 26 août 1792», Philippe Buchez et Joseph Benjamin, ed., Histoire parlementaire de la révolution française, 40 vols. (Paris: Paulin, 1834-38), 17:120-121.

9Prudhomme, Histoire générale, 108.

Traduit de l’anglais par Cali St. Just

Version anglaise Copyright 1999 Armand St. Just

Version française Copyright 2014 Armand St. Just et Cali St. Just

Tous droits réservés

Publicités
Cet article, publié dans Armand Saint Just, France - Histoire, Les massacres de septembre, Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s