Les massacres de septembre, partie vingt-quatre

La tête et le cœur de la princesse de Lamballe ont été mis sur des piques; traînant son corps décapité et mutilé, ils se sont rendu à la prison du Temple, en vue d’obliger Marie-Antoinette à baiser la tête de sa chère amie.1 Heureusement, la foule a été incapable de pénétrer dans le Temple, bien que «pendant six heures, il avoit été incertain si la famille royale ne seroit pas massacrée».2 La foule fait défiler leurs trophées sanglants dans les rues de Paris pendant deux jours de plus.3 La Commune a froidement inventorié le contenu «des poches de madame de Lamballe, prise sur elle au moment où elle a été immolée».4

Notes:

1Charles Elie de Ferrières, Mémoires du marquis de Ferrières, 3 vols. (Paris: Baudouin frères, 1822), 3:235; Joseph Weber, Mémoires de Weber, concernant Marie-Anoinette, archiduchesse d’Autriche et reine de France et de Navarre, 2 vols. (Paris: Baudouin frères, 1822), 2:349; Joseph Thomas Anne d’Espinchal, Journal of the Comte d’Espinchal during the Emigration, (London: Chapman and Hall, Ltd., 1912), 378; article daté de Paris, le 7 september 1792, Times (Londres), le 11 septembre 1792; Jean Baptiste Cléry, Journal de J. B. Cléry, valet de chambre du roi (Paris: Jean de Bonnot, 1966), 32; «J’ai rencontré la foule sur le boulevard, avec la tête et le corps de la malheureuse princesse de Lamballe, qu’ils venaient d’amener de la Force, où ils l’avaient assassinée, et en venant de là, ils ont eu la barbarie de l’amener au Temple, pour le montrer à la pauvre Reine», Grace Dalrymple Elliot, Journal of My Life during the French Revolution (London: Rodale Press, 1955), 53.

2Cléry, Journal, 33; article daté de Paris, le 7 septembre 1792, Gazette of the United States, le 14 novembre 1792.

3Times (Londres), le 10 septembre 1792; Espinchal, Journal, 378-379; Weber, Mémoires, 2:349; article daté de Paris, le 7 septembre 1792, Gazette of the United States, le 14 novembre 1792.

4«Procès-verbaux», le 3 septembre 1792, M. F. Barrière, ed., Mémoires sur les journées de septembre 1792 (Paris: Firmin-Didot, 1881), 197.

Traduit de l’anglais par Cali St. Just

Version anglaise Copyright 1999 Armand St. Just

Version française Copyright 2014 Armand St. Just et Cali St. Just

Tous droits réservés

Publicités
Cet article, publié dans Armand Saint Just, France - Histoire, Les massacres de septembre, Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s